Recherches
Calendrier Electoral
  • 29 Juin 2015 : Elections des Députés et des Conseils Communaux
  • 21 Juillet 2015 : Election Présidentielle Premier tour
  • 24 Juillet 2015 : Élections des Sénateurs
  • 24 Août 2015 : Élections des Conseillers collinaires

PostHeaderIcon Rencontre d’échanges et d’information entre les membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, et les Représentants des partis politiques, le 7 août 2009

mis à jour le samedi 8 août 2009

Le Président de la CENI, Monsieur Pierre Claver NDAYICARIYE a annoncé que le programme budget a été élaboré. Le budget pour tout le processus électoral est estimé à 43 millions de dollars américains mais ce budget est évolutif car, certaines rubriques à financer étaient encore à l’étude.
Il a indiqué que la grande portion du budget viendra de l’extérieur dans la mesure où seulement 16% du budget proviendront du gouvernement et 84% des partenaires au développement dans le cadre bilatéral et multilatéral.
Les Représentants des partis politiques ont cherché à savoir le document utilisé pour l’élaboration du budget, étant donné que le code électoral de 2010 n’était pas encore promulgué. La réponse donnée est que du moment où il n’y avait pas encore eu de loi abrogeant le code électoral de 2005, celui-ci restait en vigueur. Par conséquent la CENI s’est référé à cette même loi.

Les Représentants des partis politiques ont estimé que le temps qui restait pour organiser les élections était trop court, qu’en se référant au code électoral de 2005, la CENI pouvait déjà entreprendre certaines activités en rapport avec l’éducation civique et électorale.
Le Président du Mouvement pour la Solidarité et le Développement (MSD) Monsieur Alexis SINDUHIJE, a voulu savoir le point de vue de la CENI sur les élections primaires au sein des partis politiques.
La Vice-présidente de la CENI, Madame Marguerite BUKURU, a répondu que les élections primaires existent dans certains pays, mais que la Constitution du Burundi ne les prévoit pas. Cela doit donc être une affaire interne à chaque parti politique. Elle a ajouté cependant, que cette question pourra être traitée pendant la période post-électorale. C’est peut-être une voie à explorer pour améliorer les élections futures, a-t-elle ajoutée. Elle a souligné que cela dépendra, non de la CENI mais du législateur.
Le Président de la CENI, a clôturé la séance en disant que la météo politique et sociale de notre pays dépend de nous tous. Des élections libres et transparentes dépendront de nous tous. Il a demandé à tous les participants de donner des signaux positifs et de cette façon, nous pourrons toujours aller de l’avant.